• Accueil
  • > ANTONIO VERONESE- Invitation

ANTONIO VERONESE- Invitation

 

Veronese is one of  the most unclassifiable figures on contemporary art.

Philippe-Henry Lathimier du Clésier

antonio veroneseDSC_0050

CONTATO: antonioveronese@hotmail.com

ANTONIO VERONESE à St. Germain des Près
Exposition du 23 juillet au 27 août 2019
(Du lundi au vendredi entre 10 et 17 heures, samedi entre 10 et 12 heures. Fermée les dimanches.)
Mairie du 6e- Place St. Sulpice, 6éme, à Paris
 Entrée LIBRE
https://www.facebook.com/antonioveronese.peintre/videos/2318114964908823/

Version 4

The photographer Robert Zuckerman about Antonio Veronese:

Globally renowned artist, activist and educator of minors prisoners, Antonio Veronese’s  paintings connect with the soul, conveying pure, powerful emotion beyond words. Indeed in the eyes of history, Antonio Veronese is a true, rare Master. His imagery is saturated with feeling –each glimpse and viewing rekindles within our souls recognition of and affinity to someone –and sometimes more than one– who is or has been present and meaningful in our lives. Antonio Veronese’s art is dizzying and rich with feeling. To me his paintings and photographs fly free from the soul, always giving honor and love to your subjects. Thank you, Veronese, for warming my heart. As Rilke: “The inner- what is it if not intensified sky, hurled through with birds and deep with the winds of homecoming ”. Thank you, I am humbled. – The photographer Robert Zuckerman

thumbnail_paiFR

Artiste de renommée mondiale, militant et éducateur de mineurs prisonniers, les peintures de Antonio Veronese se connectent à l’âme, transmettant une émotion pure et puissante au-delà des mots.Aux yeux de l’histoire, Antonio Veronese est un véritable et rare maître. Ses images sont saturées par le sentiment – chaque aperçu et chaque vision rallume au sein de notre âme la reconnaissance de et l’affinité avec quelqu’un – et parfois plus d’un – qui est ou a été présent et significatif dans nos vies. L’art d’Antonio Veronese est vertigineux et riche en émotions. Pour moi, ses peintures et ses photographies volent libre de son âme, donnant toujours honneur et amour aux sujets. Merci, Veronese, d’avoir réchauffé mon cœur. Comme Rilke a écrit: « Le ciel intérieur – qu’est-ce que c’est si le ciel n’est pas intensifié, traversé par les oiseaux et profond avec les vents du retour au pays ». Merci, je suis humble. – Robert Zuckerman, master photographe.
______________________________________________

Veronese peint des visages. Ses portraits ne relèvent pas de l’apparence, du mondain, de l’avantageux. Ils ne cherchent pas à plaire ou à faire bonne figure, aucun ne refrène un sourire. Ils semblent réclamer de nous une fraternité perdue, que nous ne pouvons leur donner. Et soudain, nous nous reconnaissons, chacun de nous prisonnier de soi-même.  Ces visages sont les nôtres: sous le pinceau de Veronese, nous sommes tous Dorian Gray  -Antoine Arsan, écrivain. *Auteur de Rien de trop · Eloge du haïku (Gallimard, 2017).

 67264902_2314639888589664_8402265652403896320_n

« …la vie dans toute sa violence et sa beauté ».

Christine Monin- Magazine La Vie, Paris

  Faces cabossées taillées à la serpe, aux regards intenses qui vous happent et ne vous lâchent plus. Visages de facture expressionniste qui disent la souffrance mais aussi l’espoir, la vie dans toute sa violence et  sa beauté. La figure humaine hante la peinture d’Antonio Veronese. Motif obsessionnel qu’il déploie d’un tableau à l’autre… »le visage est inépuisable, apprécie l’artiste, j’ai ouvert la boîte de Pandore ». La palette du peintre se fait tendre avec des tons pastel et doux, ou plus criarde quand le rouge et le jaune explosent sur la toile. Veronese a longtemps travaillé aux côtés d’enfants emprisonnés. Il en a gardé une capacité rare de saisir l’humain! Christine Monin,  magazine LA VIE

______________________________________________

 

        Des tableaux marqués par la souplesse et la sensibilité. Quelque chose de personnel, une touche de spontanéité des visages. Uniques et pris aussi dans les processus voulu par  l’artiste de la répétition. Un pour tous et tous ensemble. Des visages d´un monde âpre. Des visages d´enfants. A la marge. Enfants du Brésil. Ou du monde

Sophie Attar – Le Figaro

______________________________________________

Little biography

Antonio Veronese, Italian-Brazilian painter, lives in France since 2004. He is the author of « Save the Children« , symbol of the 50th anniversary of the United Nations, and « Just Kids » symbol of UNICEF. As well of « La Marche », exhibited in the Parliament of Brazil since 1995, and « Famine« , exhibited since 1994 at the Food Agriculture Organization for United Nations (FAO) in Rome. With 74 individual exhibitions around the world, Veronese is considered by French critics « one of the ten living painters who have already left their tracks on the history of Art ».  Thanks to his painting that in the 80′s and 90′s denounced the violence against child prisoners in Brazil, he received from the Brazilian Supreme Court of Justice the mention « honoris causa », under indication of Latin American Institute of United Nations (ILANUD). Since 1990 Veronese has exhibited successively in several countries, including Brazil, United States, Switzerland, Portugal, Germany, Chile, France, Japan and Dubai. In 1995, he was chosen to represent Brazil at the commemorations of the 50th anniversary of the United Nations. In 1998 he was invited to the United Nations Commission on Human Rights in Geneva and and in the same year he represented Brazil at the Meeting of Wives of chiefs of State in Santiago, Chile, where he was received by the wife of US President Hillary Clinton.

______________________________________________________________ 11178321_10203127457342311_2061122953862299466_n At Bernard Arnault’s page

Petite biographie

Antonio Véronèse, peintre italo-brésilien, habite en France depuis 2004. Il est l’auteur de « Save the Children« , symbole du 50e anniversaire des Nations Unies, et de « Just Kids » pour l’UNICEF. Ansi que de « La Marche« , exposé au Parlement du Brésil  depuis 1995, et de « Famine« , exposé depuis 1994 à la Food Agriculture Organization for United Nations (FAO), à Rome. Avec 74 expositions individuelles aux quatre coins du monde, Veronese est considéré par la critique française « l’un des dix peintres vivants qui ont déjà laissé leurs traces sur l’histoire de l’Art ». Grace à sa peinture qui dans les années 80/90 a dénoncé la violence envers les enfants prisonniers au Brésil,  il a reçu de La Cour Suprême de Justice brésilienne la mention « honoris causa », sur l’indication du Latin Américain Institut of United Nations (ILANUD). Depuis 1990 Veronese à exposé successivement dans plusieurs pays, notamment au Brésil, États-Unis, Suisse, Portugal, Allemagne, Chili, France, Japon et Dubaï. En 1995, il a été choisi pour représenter le Brésil aux commémorations du 50e anniversaire des Nations Unies. En 1998, il a été invité à la Commission des droits de l’homme aux Nations Unies, à Genève et la même année il est l’artiste représentant le Brésil à la Réunion des épouses de chefs d’État à Santiago du Chili, où il a été reçu par l’épouse du président américain, Madame Hillary Clinton.

To see one of Veronese’s portrait: https://www.flickr.com/photos/151061746@N03/48009158997/in/dateposted-public/

 

Contactantonioveronese@hotmail.com _________________________________________________________

Veronese peint des visages. Ses portraits ne relèvent pas de l’apparence, du mondain, de l’avantageux. Ils ne cherchent pas à plaire ou à faire bonne figure, aucun ne refrène un sourire. Ils semblent réclamer de nous une fraternité perdue, que nous ne pouvons leur donner. Et soudain, nous nous reconnaissons, chacun de nous prisonnier de soi-même.  Ces visages sont les nôtres: sous le pinceau de Veronese, nous sommes tous Dorian Gray  -Antoine Arsan, écrivain. *Auteur de Rien de trop · Eloge du haïku (Gallimard, 2017).

_________________________________________________________

IMG_1292

 

« Des tableaux marqués par la souplesse et la sensibilité. Quelque chose de personnel, une touche de spontanéité des visages. Uniques et pris aussi dans les processus voulu par l’artiste de la répétition. Un pour tous et tous ensemble…» Sophie Attar – Le Figaro- (cahier Culture).

 ______________________________________________________________

Le magicien des Visages « Faces cabossées taillées à la serpe, aux regards intenses qui vous happent et ne vous lâchent plus. Visages de facture expressionniste qui disent la souffrance mais aussi l’espoir, la vie dans toute sa violence et sa beauté. La figure humaine hante la peinture d’Antonio Veronese. Motif obsessionnel qu’il déploie d’un tableau à l’autre…”le visage est inépuisable, apprécie l’artiste, j’ai ouvert la boîte de Pandore”. La palette du peintre se fait tendre avec des tons pastel et doux, ou plus criarde quand le rouge et le jaune explosent sur la toile. Veronese a longtemps travaillé aux côtés d’enfants emprisonnés. Il en a gardé une capacité rare de saisir l’humain! » Christine Monin -La Vie Magazine-Paris 12088194_10204029811500601_6999492769716597855_n 10997695_10202884276942953_4365142387426924569_n-225x300 (1)#antonioveronese ______________________________________________________________

Antonio Veronese’s interview to Time Out Magazine (2014)#antonioveronese #arts #arte

https://www.timeoutdubai.com/art/features/48981-brazils-lost-children#.UvrTsLtX3e4 .   P1020904 (1)-1#antonioveronese

You seem fascinated with drawing people’s faces. Can you explain why you find this subject matter so interesting? If you look closely, I am not exactly painting human faces but actually human feelings. Everything can be captured from a pair of eyes. This magical and complex universe of human feelings: love, fear, hope, frustration, hunger, anger, solitude – everything is imprinted in just a pair of eyes. Could I have a better subject? There’s often a haunting intensity to your paintings – is that something you recognise? It is similar to music, Gustav Mahler’s music [Austrian classical composer] makes some cry and others dance and I believe art is the same. We each have our own feelings and art helps these feelings to breathe.
How do you decide who to paint? I do not decide; it’s always the painting itself that decides. In classical painting the artist has a project that he tries to accomplish. Modern art allows the painter to experiment. I call it ‘jazzing’, in the sense of jazz music. We are totally free and we can improvise – like a jam session. I would say if classical painting is like Mozart, then modern painting is [jazz legend] Charlie Parker. How did your work teaching young prisoners in Rio de Janeiro affect how you saw people’s faces? It deeply touched me; for many years I’ve painted in reaction to the experience. In 1999, before the government of President Lula, we had about 600 minors assassinated every year in Rio. Boys belonging to the same social class as those I was working with inside prisons. Suddenly, I was invited to do an exhibition at the Brazilian National Museum of Fine Arts. So I decided to draw one single face representing each one of those boys who had been killed that year, in order to give every dead boy the right to a virtual image of his face. That happened 14 years ago now, but I keep trying. Modesto Lanzone from the San Francisco Modern Art Museum told me that my paintings are a portrait of the complexity of today’s world. Maybe he is right. You are known for highlighting violence against children. Is this something you would like people to think about when they see your paintings? My work is a form of denunciation, not only of violence against children, but also of violence itself, of humans against nature and animals. Each one of us is a delicate organism, sophisticated and unique. Maybe painting is an unconscious form I’ve found to protest against the deep and ancient violence of men. You believe that art can be used to help rehabilitate people. Is there a point where people suffer too much to be rehabilitated in your opinion? Even when someone is about to die of thirst, a single drop of water can contribute some comfort, some relief. Art only consoles. Do you experiment with different painting styles? Every day I try different techniques or processes, different resources, and try to take some risks – I often go through a lot of canvas.  But when I escape the traps of conventionality and accomplish something I feel at peace. Do you believe that art can transcend boundaries – as with the name of the exhibition? Of course, because art touches us as humans, no matter what country, race or religion and that’s the reason I proudly decided to visit Dubai. What other projects – artistic or not – do you have in the pipeline during 2014? I have an exhibition planned at Bahia in Brazil and one in Paris. Also I may perhaps even return to Dubai. The UAE is a country that certainly makes my imagination fly.
The lowdown .Exhibition: ‘Art With No Boundaries’ at Art Couture, Al Badia Golf Club, InterContinental, Dubai Festival City (04 601 0101).

Runs: February 3-March 2 http://www.timeoutdubai.com/art/features/48981-brazils-lost-children#.UvrTsLtX3e4

____________________________________________________________
__________________________________
 
 
The Veronese’s painting as investment:
Buying a Veronese painting, more than intellectual pleasure, is an exceptional investment. With a solid international career, Veronese is the only living artist with 72 individual exhibitions in different countries like USA, France, Arab Emirates, Japan, Switzerland, Portugal, Sweden, Chile and Germany …

http://www.off-the-recordmessaging.com/antonio-veronese-just-for-a-r-t-not-return-on-investment-r-o-i

                                                                                       
  tanja-playner-carrousel-du-louvre-beaux-art-sa_580 #AntonioVeronese

   Veronese au Carrousel du Louvre- Paris, 2012   

                                                                                                 8149925864_187b97891c_z

_______________________________________

A link to see some of  Veronese’s paintings: https://www.flickr.com/photos/151061746@N03/

To see more of Veronese’s paintings: https://www.flickr.com/photos/88486097@N05/with/31414303184/

To see more photos and events ( Veronese at Carrousel du Louvre, à Paris): https://www.flickr.com/photos/88486097@N05/with/8149925864/

antonio veronese  au vieux colombier

du 23 juillet au 28 août/2019 Vernissage le 23 juillet , à partir de 18H00  - Mairie de Saint Germain des Près. Place St. Sulpice, à Paris- antonio veronese au vieux colombier-août 2012  la vie dans toute sa violence et sa beauté. Christine Monin     Faces cabossées taillées à la serpe, aux regards intenses qui vous happent et ne vous lâchent plus. Visages de facture expressionniste qui disent la souffrance mais aussi l’espoir, la vie dans toute sa violence et  sa beauté. La figure humaine hante la peinture d’Antonio Veronese. Motif obsessionnel qu’il déploie d’un tableau à l’autre… »le visage est inépuisable, apprécie l’artiste, j’ai ouvert la boîte de Pandore ». La palette du peintre se fait tendre avec des tons pastel et doux, ou plus criarde quand le rouge et le jaune explosent sur la toile. Veronese a longtemps travaillé aux côtés d’enfants emprisonnés. Il en a gardé une capacité rare de saisir l’humain! Christine Monin, magazine LA VIE J’ai rencontré Antonio Veronese, cet été à Barbizon, le célèbre villages des peintres ou il exposait ses oeuvres; j’ai immédiatement été séduite par ces visages… “Il garde une cicatrice invisible enfouie dans sa mémoire visuelle, qui se reflète à travers ses oeuvres… Catherine Rochette-  magazine GLINT  Des tableaux marqués par la souplesse et la sensibilité. Quelque chose de personnel, une touche de spontanéité des visages. Uniques et pris aussi dans les processus voulu par  l’artiste de la répétition. Un pour tous et tous ensemble. Des visages d´un monde âpre. Des visages d´enfants. A la marge. Enfants du Brésil. Ou du monde Sophie Attar – LE FIGARO La recherche, presque obsédante, du visage… Le visage seul, car il s’y trouve une concentration de tout, de l’essentiel… Mais le challenge n’est pas le visage académique, soumis aux règles d’anatomie et de perspective…non! Le visage de Veronese est d’une simplicité absolue, presque abstractionniste… En lui, il n’y a ni le squelette osseux, ni toujours la similitude des deux côtés du visage … Mais attention, cette fausse simplicité est imprégnée d’un humanisme émouvant. Visages de Veronese-  UNESCO Paris, 2008 _____________________________________ Entretien en portugais à la Radio France International     Radio France International: ANTONIO VERONESE- Invitation  rfi_logo RF http://www.portugues.rfi.fr/africa/20101123-arte-de-antonio-veronese ____________________________ Antonio Véronèse, artiste brésilien de renommée internationale, a ses œuvres exposés dans de nombreux musées, collections publiques et privées. Il est l´auteur de Famine à la FAO à Rome, de Save the Children, symbole du 50ème anniversaire des Nations Unies; de Just Kids, symbole de l´UNICEF; de A la Marge, installé en 1997 à l´Université de Genève, en Suisse; La Marche (Tensao no Campo) installé au Parlement du Brésil depuis 1996. Pour son travail il a été invité auprès de la Commission des Droits de l’Homme à l’ONU, et il a reçu à la Cour Suprême de Justice brésilienne la mention « Honoris Causa » du Latin American Institut of United Nations.   Risoleta Cordula, Affaires Culturelles-Ambassade du Brésil à Paris ______________________________________ J’entends dire que les visages de Veronese évoquent les enfants prisonniers… Mais c’est là une idée réductrice. Il est vrai que sa proximité pendant des années avec ces enfants en détresse a fortement marqué sa peinture, mais ce qu´elle dégage est plus profond. En réalité, c’est notre perplexité que peint Veronese, notre impuissance face à la vie et face au monde actuel. Voilà pourquoi il est au-delà des modes, voilà pourquoi c’est un classique. Il manquait à notre époque, empoisonnée par l´abstractionnisme galopant et par le nihilisme de l’art conceptuel, quelqu´un qui dessine le visage de la contemporanéité. C’est précisément ce que Veronese est en train de faire. Modesto Lanzone, Italo-American Museun of San Francisco. ___________________________________ Antonio Veronese est un artiste complet, en qui les préoccupations esthétiques se confondent avec les qualités humanistes. Il se focalise essentiellement sur l’homme, dans sa souffrance la plus profonde… Sa préférence pous les têtes dénote que c’est seulement au travers d’elles qu’il peut apprivoiser l’horreur… l’horreur de la condition humaine. Dans le dialogue de Timée, Platon affirme: la tête humaine est l’image du monde. Francisco Brennand, peintre et sculpteur _______________________________ voir les images de la dernière exposition de Veronese au même endroit

http://www.youtube.com/watch?v=G6bfrIEfHmQ

__________________________ Mairie de Saint-Germain des Près -Place Saint Sulpice à Paris nouvelle exposition, à partir du 23 Juillet/2019  www.antonioveronese.over-blog.com www.antonioveronese.unblog.fr

contacts avec Veronese : antonioveronese@hotmail.com

 

Laisser un commentaire